Souvenirs du Japon

7 bonnes raisons de passer à Hiroshima

By on 2 mai 2016

(Pour mon premier article, je débute fort avec un titre putaclic du plus mauvais goût, je vous l’accorde. Je ferai mieux la prochaine fois.) Ayant récemment usé mes baskets sur le sol japonais, j’en suis revenue avec quelques milliers de photos et l’envie de partager un peu mon expérience, sans prétention aucune. Parce qu’il faut bien débuter quelque part, je vous propose de découvrir Hiroshima, une ville pleine de franches surprises, pourtant quelque peu oubliée des touristes.

Je vous vois déjà vous lever plein de fougue, alors permettez-moi de reformuler : oui, la ville d’Hiroshima est généralement citée dans les itinéraires de 2 ou 3 semaines au Japon. Mais elle apparaît souvent comme une simple étape avant Miyajima – l’île aux daims et son torii flottant. J’ai du convaincre mes potes de lui accorder un peu plus de temps dans le planning, et franchement, ça en valait la peine.

1. Si Hiroshima ne se résume pas à la bombe nucléaire, vous ne pouvez pas pour autant éviter le Musée de la Paix et son mémorial. La visite peut sembler un peu déprimante, mais elle est largement nécessaire. Le musée tente de présenter les événements et ses conséquences de façon quasi clinique, en prenant soin d’éviter tout pathos et voyeurisme. Cela n’enlève en rien l’horreur de la chose (faith in humanity destroyed). En sortant de là, pensez à vous arrêter devant le mémorial de la paix des enfants et ses centaines d’origamis de papier (saleté d’allergie…). A quelques pas de là, on peut apercevoir le dôme, dernier vestige de l’innommable.

201605_Hiroshima-dome

201605_Hiroshima-memorial

2. Pour le château d’Hiroshima. Déjà les châteaux au Japon, c’est autrement plus classe que nos vieux machins en pierre de l’époque médiévale. Tout en bois (c’est pas pour rien qu’ils ont brûlé 50 fois chacun…), des toitures à se péter la rétine, des statuettes de toit (gargouilles ?) ultra classes, bref, ça envoie du lourd. En plus, l’intérieur du château est aussi un musée, vous pouvez donc aller reluquer des vieilles armes et armures de samouraï. En sortant, les grands enfants pourront même essayer une armure de samouraï ou un kimono traditionnel et se prendre en photo.

201605_Hiroshima-chateau

201605_Hiroshima-chateau-2

3. Pour les petits temples et sanctuaires loin des sentiers battus (et des cars de touristes…). Sérieusement, si votre voyage au Japon débute à Tokyo ou Kyoto, vous allez vite vous rendre compte qu’il y a plein de monde partout, tout le temps. Vous ne pouvez pas faire un pas sans croiser des wagons de touristes armés de perches à selfie (qu’on brûle l’inventeur de cette ignominie…). Du coup, quand on a débarqué pour visiter notre premier temple de la journée et qu’on s’est retrouvés seuls sur un site classé « touristique », ça nous a fait un gros choc. Personne pour nous bousculer, pour s’immiscer sur nos photos… Bref, le bonheur. C’est sûr, c’est autre chose que le pavillon d’or de Kyoto. Mais si vous n’avez pas la folie des grandeurs, vous y trouverez certainement votre compte. En clair, si vous êtes un touriste mais que vous ne supportez pas les autres touristes, allez à Hiroshima.

201605_Hiroshima-sanctuaire

201605_Hiroshima-sanctuaire2

4. Pour la vue incroyable sur la baie. Juste au nord de la gare, grimpez dans la colline un peu avant le coucher de soleil, en direction du sanctuaire de la Paix universelle. Vous ne pouvez pas le louper, avec son dôme argenté visible depuis la ville. Arrivé sur l’esplanade du sanctuaire après une courte montée, retournez-vous vers la baie. Et admirez. (You’re welcome)

201605_Hiroshima-vue-baie

201605_Hiroshima-vue-cerisier

5. Pour le jardin Shukkei-En. Clairement le plus beau jardin que j’ai pu voir de ma vie. Avec mes compagnons de voyage, on a tellement aimé qu’on l’a visité deux fois dans la journée, le matin et au coucher du soleil. On y trouve un étang (rempli de carpes koï), des sentiers,  des ponts en bois, des lanternes et pagodes de pierre, des cerisiers magnifiques… C’est hyper vert, moussu, fleuri, en un mot : apaisant. Tout y est petit, et incroyablement mignon. Voilà, le mot est lâché. C’est mignon. Mais genre mignon à l’extrême. Vous aurez envie de construire votre mini maison dans le mini vallon à côté du mini point et d’y couler des jours paisibles avec vos amis les schtroumpfs. Ou sinon, vous aurez juste envie de venir là avec un bouquin, et de vous poser pour méditer sur le sens de la vie.

201605_Hiroshima-jardin-shukkeien

201605_Hiroshima-jardin-shukkeien-2

201605_Hiroshima-jardin-shukkeien-nuit

6. Pour les petites rues commerçantes et leurs surprises. Ainsi, vous ne soyez pas trop étonnés de croiser un restaurant allemand ultra kitsh à deux pas de la gare, ou des distributeurs automatiques de boissons à base de poissons volants. Côté shopping, ce n’est pas aussi fourni de Tokyo ou Osaka, mais on trouve de chouettes boutiques dans le centre.

201605_Hiroshima-restau-sausage-man

7. Pour sa spécialité culinaire qui dépote sa mémé : l’okonomiyaki. On trouve des restaurants d’okonomiyaki un peu partout au Japon et particulièrement dans la région du Kansai (Osaka / Kyoto), mais Hiroshima possède sa propre variante appelée Hiroshimayaki (d’après l’article Wikipedia). Cette spécialité au nom imprononçable est un genre de crêpe, ou de pancake, préparé sur une immense plaque chauffante. Les ingrédients sont préparés et cuits en couches successives, puis nappés de sauce (style barbecue), et savamment décorés de morceaux d’algues et de fines lamelles de poissons séchées. Franchement, à expliquer, ça fait pas rêver. Mais à manger, c’est juste une explosion de saveurs dans ta bouche.
201605_Hiroshima-okonomiyaki-specialite
Je précise que ce top n’est en rien un classement (sinon la bouffe serait arrivée bonne première…) ; juste un aperçu de ce qu’on peut voir et faire, si on prend un peu le temps de flâner.

TAGS
RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT

Petite vague
DTC

I'm the evil side of myself. Blogueuse et photographe dilettante. Dévoreuse de séries TV. De confession Jedi. À l'ouest la plupart du temps... Suivez-moi sur Twitter je ne mords pas @jedisvague

Hello !
Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez je-dis-vague sur Hellocoton