Souvenirs du Japon

Dans l’antre de Tsukiji, le marché aux poissons de Tokyo

By on 14 septembre 2017

Lors de mon voyage au Japon en 2016, j’ai passé une bonne semaine à Tokyo, traînant mes baskets aux quatre coins de la ville. Parmi les lieux incroyables que j’ai pu visiter figure en bonne place le célèbre « Tsukiji Fish Market », le plus grand marché aux poissons du monde. Niché sur la rive nord de la rivière Sumida, il draine environ 40 000 personnes par jour, et propose plus de 450 espèces de poissons, dont le fameux thon rouge – très convoité car en voie de disparition… Plus qu’un marché, c’est une véritable attraction touristique dont les tokyoïtes sont très fiers.

J’écris ces mots avec un énorme pincement au cœur, car ce fantastique marché s’apprête à fermer ses portes prochainement. En effet, cela fait presque 10 ans qu’il est question de rénover les installations, au grand dam de la population. La rénovation s’avérant trop complexe, les autorités ont décidé de déplacer le marché quelques kilomètres plus loin. Cette solution permettrait notamment la construction d’une voie rapide pour désengorger la circulation lors des Jeux Olympiques de 2020. Le projet a donné lieu à un véritable bras de fer entre le gouvernement et les professionnels, d’autant que le futur site envisagé est dangereusement pollué.

Je ne connais pas tous les détails de cette affaire, mais il semble de plus en plus évident que le marché sous sa forme actuelle ne survivra pas aux prochains J.O. Il va devoir se moderniser et se réinventer, perdant ainsi une partie de son âme. Car l’ancien marché, fort de ses 80 ans d’existence, est une place unique en son genre. Il se dégage une atmosphère fébrile de ses allées surchargées, de ses échoppes de fortune et des installations vétustes envahies par la rouille.

J’aime beaucoup cette image, ces deux hommes comme noyés sous une mer de cartons d’emballage. Cet endroit est un véritable dédale, aux allées toutes plus encombrées les unes que les autres. Partout où se pose le regard, l’espace est surchargé d’objets, empilés ou enchevêtrés de façon précaire.

J’ai vraiment du mal à imaginer l’organisation et la logique derrière le désordre apparent. C’est simplement inimaginable.

Le marché aux poissons est divisé en trois pôles : l’espace réservé aux enchères, l’immense marché couvert (dont il est question ici), et la partie extérieure où l’on retrouve de nombreuses échoppes dédiées à la cuisine et quelques restaurants de sushis. Si le marché est principalement dédié aux professionnels, vous pourrez tout de même trouver des stands vendant des petits plateaux de poissons et crustacés pour la dégustation.

Nous avons visité le marché couvert vers 10h30, ce qui explique l’absence de foule et le mec en train de lire son journal OKLM. Pour tout dire, les poissonniers étaient déjà en train de nettoyer leur stand pour le lendemain. Un peu dommage pour l’ambiance, mais du coup, j’ai pu prendre des photos sans être bousculée… Si vous voulez visiter les lieux avant leur disparition, vous pouvez tenter d’assister à la criée au thon qui débute à 5h30. Sachez que la vente aux enchères de thon a été plusieurs fois réglementée, victime de son immense succès. On y accède par petits groupes, et certaines personnes patientent parfois dès 2h30 pour avoir une place… Les transports débutant vers 4h du matin, je vous conseille de dormir dans les environs immédiats si vous voulez tenter l’expérience.

Afin que le tourisme ne perturbe pas les transactions, la visite du marché couvert comporte de nombreuses règles de bienséance et de sécurité :

  • Pas de photo avec flash, voire pas de photo tout court en période de rush
  • Interdiction de fumer
  • Interdiction de circuler avec des bagages imposants
  • Interdiction de venir avec des animaux ou enfants en bas âge
  • Interdiction d’entraver le passage des professionnels
  • Ne pas toucher les marchandises…

En dehors de cela,  je vous conseille de vous équiper d’une bonne veste (il fait TRÈS frais là-dessous) et de chaussures adéquates, car le sol pavé est très glissant. D’autant que vous n’aurez pas envie que vos orteils rencontrent par inadvertance une flaque odorante…

Après la visite du marché, je vous invite à flâner dans les échoppes où vous trouverez tout le nécessaire de cuisine traditionnelle japonaise, et autant d’idées cadeaux pour votre maman. Ensuite, dirigez-vous vers les restaurants de sushis. Loin des chaînes modernes et aseptisées que l’on peut croiser un peu partout au Japon, ces quelques enseignes proposent une véritable expérience gustative dans un cadre d’exception.

Notez que techniquement, ces photographies sont loin d’être réussies. C’est un constat qui s’applique à toutes mes photos du Japon, puisque je connaissais très mal mon appareil. Malgré ces ratés, ces clichés me replongent immédiatement dans ce ventre grouillant de vie, de couleurs et d’odeurs.

TAGS
RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT

Petite vague
DTC

I'm the evil side of myself. Blogueuse et photographe dilettante. Dévoreuse de séries TV. De confession Jedi. À l'ouest la plupart du temps... Suivez-moi sur Twitter je ne mords pas @jedisvague

Hello !
Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez je-dis-vague sur Hellocoton