Gaming

Pokemon GO : la déferlante

By on 6 juillet 2016

Je vous avoue, le jour où j’ai vu la bande-annonce de Pokemon GO, mes poils de bras se sont littéralement dressés sur mon corps. Je me suis dit « ils l’ont fait ». Pouvoir capturer son Pokémon dans le monde réel, c’est un peu le rêve de tous les gosses qui ont un jour touché à ce jeu.

Pour les gens qui auraient passé ces derniers mois dans une grotte, je vous rappelle un peu le concept. Avec Pokemon GO, votre smartphone va vous servir à capturer des Pokemon dans le monde réel. Trouver un Rattata dans le métro ou un Magicarpe dans le Rhône devient tout à coup possible grâce à la réalité augmentée.

Histoire de combler les nostalgiques, en débutant, vous aurez à choisir entre Salamèche, Carapuce et Bulbizarre.

L’appli se sert du GPS de votre téléphone pour vous indiquer les Pokemons proches de vous et les spots intéressants : arènes, et magasins (appelés Pokestop… why ?). Certains ont été placés stratégiquement suivant leur genre (les pokemons d’eau près de… l’eau), d’autres apparaissent de façon totalement aléatoire. Et j’imagine que certains Pokemons très rares sont déjà positionnés à des endroits spécifiques, et qu’il faudra faire 300 km ou plus pour espérer les trouver (un super prétexte pour partir en week-end quoi).

Aujourd’hui, Pokemon GO a débarqué sur le Play Store. Enfin, presque. En France il faudra apparemment attendre encore un peu, vu que le jeu est pour l’instant dispo uniquement en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Japon. Après, si vous êtes un peu débrouillard, vous pouvez tenter de l’installer malgré tout . Et apparemment, les débrouillards sont nombreux, parce que Twitter, à l’instant où j’écris, croule littéralement sous le hashtag #PokemonGO.

Du coup j’me suis dit que c’était le moment d’en profiter, en faisant une petite revue des réactions.

Comme dans tout jeu Pokemon, en démarrant, vous allez rencontrer un professeur ès Pokemonologie qui va vous expliquer le sens de la vie. Visiblement, ils se sont un peu raté sur le look du prof, pas franchement SWAG.

D’abord, première vérité, avec Pokemon GO, il va falloir bouger.

A moins que vous ayez du bol.

Quand on vous dit que le pop est aléatoire…

Mais surtout, PokemonGO, c’est l’occasion pour tous les geeks de sortir et de découvrir le vaste monde IRL.

Ce jeu sent quand même le grand moment de solitude.

Autre vérité, si votre ville est truffée de Pokemons et de spots intéressants, ça va devenir compliqué de circuler.

Après les morts stupides pour un selfie, on risque bientôt de voir arriver les décès idiots pour un Pokemon (ivre, il traverse les rails du TGV pour récupérer un Dracofeu…)

D’autres, au contraire, se sentent déjà un peu seuls…

Histoire de pas se balader bêtement, les concepteurs ont placé les pokestops et arènes près de points d’intérêt IRL : monument, gare, musée, street art… (points apparemment calqués sur le jeu Ingress) Sauf que c’est pas toujours le cas.

Si tout le monde s’y met, l’excuse « je peux pas, j’ai poney-piscine » va vite devenir « je peux pas, j’essaie d’attraper un pokemon ».

Comme d’habitude, le Community Manager d’Interflora en a bien profité… (Sérieux, je surkiffe ce CM).

Et comme d’hab, les twittos s’en sont donné à cœur joie.

En entendant parler du jeu, je me suis demandé quel était le modèle économique proposé. Car si l’installation de l’appli est gratuite, il faut forcément passer à la caisse quelque part… Les pokeballs sont donc payantes, mais vous pourrez en récupérer quelques unes gratuitement en visitant un nouveau « Pokestop ». De quoi rassurer les joueurs fauchés. Vu l’engouement mondial pour ce nouveau jeu, je n’ai aucun doute sur la rentabilité de l’affaire…

Pour l’instant, le jeu permet uniquement de collectionner des Pokemons, et de prendre le contrôle des arènes autour de vous. Une mise à jour est déjà prévue, qui devrait permettre l’échange de Pokemons entre joueurs. Espérons que les combats 1 vs 1 arrivent dans une prochaine version…

Seul bémol notable (outre le pop aléatoire et les zones « mortes »), oh surprise, l’appli bouffe votre batterie super vite. Pour pouvoir pourchasser des Pokemons sans aucune restriction, il va donc falloir investir rapidement dans une power bank.

Perso, je suis déjà fan, je vais attendre la sortie officielle sur le store français, en espérant très fort que le jeu soit compatible avec ma version d’Android.

Les possesseurs d’Iphone, pour le moment, ont carrément la haine.

Pour ceux qui ont déjà l’application sur leur téléphone (petits veinards), PhonAndroid propose un guide complet pour bien débuter sur PokemonGO.

TAGS
RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT

Petite vague
DTC

I'm the evil side of myself. Blogueuse et photographe dilettante. Dévoreuse de séries TV. De confession Jedi. À l'ouest la plupart du temps... Suivez-moi sur Twitter je ne mords pas @jedisvague

Hello !
Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez je-dis-vague sur Hellocoton