Photographie Souvenirs du Japon

Temples et sanctuaires à Kyoto

By on 11 juillet 2016

J’avais très envie de parler de notre visite à Kyoto, mais difficile de raconter ses impressions ou évoquer les temples visités sans tomber les travers du guide touristique. Les temples les plus visités ne sont pas forcément les plus mémorables, et comme souvent, il faut prendre le temps de sortir des sentiers battus. Kyoto est une ville incontournable pour tous les voyageurs, où le passé ressurgit avec force entre les temples et sanctuaires immémoriaux.

La réputation de la ville n’est pas usurpée. Elle compte plus de 2000 temples et sanctuaires, autant dire qu’il est difficile de faire un pas sans en croiser un… En arrivant à la gare, pourtant, la ville semble triste et terne. Le centre urbain n’a rien d’exceptionnel, et il faut s’éloigner un peu pour apercevoir les premiers édifices intéressants.

Je ne me rappelle plus le nom de tous les endroits visités, ou leur emplacement. Je me rappelle surtout mon émerveillement devant tant de beauté, ma fascination devant l’architecture, et la paix que l’on peut ressentir dans certains sanctuaires à l’abri des touristes.  Avec le recul, ce sont probablement mes photos qui en parlent le mieux.Temple-Kyoto-4

Temple-Kyoto-2

Temple-Kyoto-3

Temple-Kyoto-20

Le « Fushimi Inari Taisha » (sanctuaire aux 10 000 torii) fait figure de passage obligé pour le voyageur de passage, tant le site est impressionnant, par son histoire et sa taille. Il se situe un peu à l’écart du centre, et il vaut mieux prendre les transports pour y accéder. L’endroit est vraiment saisissant. Je n’ai pas eu le temps de faire le tour complet (ça représente une petite marche de 2h, mine de rien), mais j’ai suffisamment avancé sur le sentier pour m’éloigner un peu du flot de touristes et prendre quelques photos. Photos qui sont très loin de rendre grâce à cet endroit.

Temple-Kyoto-19

Temple-Kyoto-7

Temple-Kyoto-6

Temple-Kyoto-14

Temple-Kyoto-17

Dans ce sanctuaire, nous avons croisé quantité de renards vêtus de rouge. Je viens d’apprendre que cela correspond au culte du dieu Inari, une divinité très importante au Japon et dans la culture bouddhiste. Plus d’un tiers des sanctuaires de l’archipel seraient dédié à cette divinité d’après Wikipedia, bien plus si l’on compte les petits sanctuaires qui n’ont pas de prêtre résident.

C’est d’ailleurs un détail très surprenant que l’on retrouve un peu partout : les statues, au sein des sanctuaires, sont généralement habillées d’un tablier, d’un bonnet en tricot, ou d’un autre accessoire de couleur rouge.

Temple-Kyoto-5

Temple-Kyoto-11

Temple-Kyoto-16

Le Pavillon d’Or est aussi beau qu’on peut l’imaginer. Pour le voir, il faut néanmoins se frayer un chemin parmi une foule dense de touristes armés d’appareils photo. La visite des lieux est assez courte ; on entre dans l’enceinte, on piétine le long d’un circuit autour du pavillon et de l’étang adjacent, on prend des photos sous tous les angles, un petit selfie pour la route, et c’est déjà terminé, place aux baraques de souvenirs.

Petit aparté : au printemps, et notamment durant la période de fleuraison des cerisiers, les temples (et tous les lieux touristiques) sont envahis de touristes. Personnellement, la foule ne me dérange pas. Par contre, d’un point de vue photographique, c’est assez comique. Quoi que vous fassiez, il y a des dizaines de personnes devant vous, derrière vous, partout, et eux aussi ont leur appareil photo (plus gros que le votre tant qu’à faire), leur smartphone, leur perche à selfie… Pour arriver à faire quelques photos potables, j’ai du beaucoup patienter, zoomer, feinter, me contorsionner, voir faire appel aux copains plus hauts que moi.

Temple-Kyoto-9

Temple-Kyoto-8

Temple-Kyoto-12

Non loin du célèbre quartier Gion, j’ai eu la chance d’apercevoir une Geisha. Il faut savoir que Kyoto est la dernière ville du Japon à proposer des écoles de Geishas. Elles étaient environ 17 000 dans les années 80, elles ne seraient plus que 200 aujourd’hui. C’est un art en voie de disparition.

Je pense que c’était une Maiko, autrement dit une apprentie Geisha (on utilise plutôt le terme « Geiko » de nos jours). En apparence, les maikos se différencient des geikos par quelques détails spécifiques : la coiffure, la longueur du obi, l’épaisseur des chaussures, la façon de se maquiller… Les différences peuvent sembler obscures, mais on peut éventuellement se fier à l’âge, les plus jeunes étant encore en apprentissage. En revoyant la photo ci-dessous, je suis quand même un peu sceptique, car le col blanc est réservé aux Geikos (geishas accomplies), alors que la coiffure et son jeune âge apparent me font pencher pour une Maiko. Si quelqu’un s’y connait, qu’il n’hésite pas à m’éclairer.

Kyoto-Gion-1

Temple-Kyoto-15

Temple-Kyoto-10

En dehors des temples et sanctuaires, je vous conseille fortement la visite du marché Nishiki, situé à mi-chemin entre la gare et le parc impérial. Il faut s’y rendre le ventre vide, pour profiter au maximum des saveurs proposées…

Marche-Nishiki_Kyoto-1

Marche-Nishiki_Kyoto-2 La visite de Kyoto a juste confirmé mon amour inconditionnel pour l’architecture traditionnelle japonaise. Je suis fascinée par la courbe de ces toits, ce bois brut, ces couleurs vives, ces moulures et ces statues. Malgré ces couleurs magnifiques, une partie de mes photos sont en noir et blanc, tout simplement à cause de la météo. Avec un ciel gris ou blanc uniforme, le rendu couleur n’était pas franchement satisfaisant (note : le noir et blanc est une super technique pour avoir de jolies photos par temps moche).

Pour conclure, j’aurai aimé consacrer une journée supplémentaires à la ville. Car en trois jours, j’ai l’impression d’en avoir seulement effleuré la surface…

TAGS
RELATED POSTS
1 Comment
  1. Répondre

    océane

    31 juillet 2016

    Ca a l’air magnifique! J’ai tellement envie de découvrir le Japon! Les japonais sont des gens extraordinaires en tout cas 🙂

LEAVE A COMMENT

Petite vague
DTC

I'm the evil side of myself. Blogueuse et photographe dilettante. Dévoreuse de séries TV. De confession Jedi. À l'ouest la plupart du temps... Suivez-moi sur Twitter je ne mords pas @jedisvague

Hello !
Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez je-dis-vague sur Hellocoton