Souvenirs du Japon

Tokyo Forever : les quartiers

By on 29 mai 2016

Tokyo est une ville gigantesque, effervescente, fascinante, une vraie fourmilière aux multiples facettes. En tout cas, c’est ainsi qu’elle m’est apparue. Découvrir Tokyo, quand on n’a jamais visité autre chose que Paris et Londres, c’est se jeter à corps perdu dans une foule immense, et se prendre une claque à chaque coin de rue.

Je pensais faire un seul billet sur Tokyo, mais je me rends compte que la tâche est impossible. Je vais donc commencer par un aperçu rapide des principaux quartiers.

Akihabara

C’est le premier quartier que j’ai visité, et donc le premier choc visuel après 30h de transports et une petite nuit de sommeil. Akihabara, aussi appelé electric town, est le quartier geek par excellence, l’antre des gamers et otakus (« otaku » est à peu près l’équivalent de « geek » au Japon). Des couleurs vives et des néons partout, la vue a de quoi vous fracturer le fond de la rétine. On trouve bien entendu des boutiques de jeux de cartes, de mangas, des salles d’arcade, des maid cafés, d’immenses magasins d’électronique… C’est un quartier incontournable, même si l’on n’est pas trop sensible à cet univers. Parce que ça clignote de partout, parce que c’est vivant, déjanté, invraisemblable, fascinant… Ne ratez pas Super Potato, un magasin de jeux vidéos spécialisé dans le retro gaming, ou Don Quijote, un magasin « discount » de 8 étages où vous trouverez à peu près tout ce que vous n’aviez même pas osé imaginer, comme par exemple une immense collection de costumes de soubrettes.

Tokyo-Akihabara-nuit

Shinjuku

Shinjuku est un quartier moderne, dominé par les gratte-ciels sur la partie ouest. Si vous n’êtes pas habitué aux buildings de 40 étages et plus, c’est ici qu’il faut venir pour chopper un torticoli. Ouvrez bien les yeux, vous pourrez notamment apercevoir une statue de Godzilla au dessus des immeubles… Une fois sur place, trouvez le Tokyo Metropolitan Government Building (reconnaissable à ses tours jumelles), où vous pourrez profiter d’une vue à 360 sur la ville depuis le 45ème étage. L’entrée est gratuite, donc autant en profiter.

Tokyo-Shinjuku-buildings

Le Golden Gai est un mini quartier proche de Shinjuku, qui mérite aussi le détour. A deux pas des buildings de verre se trouvent quelques ruelles où le temps semble s’être figé. Ici, le soir, entre les lanternes rouges, vous pouvez tenter de boire un verre de saké, à condition qu’on vous laisse entrer…  L’endroit serait assez mal fréquenté. C’est même l’un des rares points « chauds » de la ville. En journée, l’endroit est désert, mais on sent comme un relent de débauche entre les portes closes.

Tokyo-Golden-Gai

Shibuya et Harajuku

Si vous voulez faire les boutiques, Shibuya est le quartier idéal. Devant la gare se trouvent deux spots ultra connus. D’abord la statue d’Hachikō, un chien célèbre pour avoir attendu son maître à la gare chaque jour pendant 10 ans, après la mort de ce dernier. Cette histoire a inspiré le film Hatchi (avec Richard Geere) ; le genre de film devant lequel seuls les sociopathes ne versent pas une larme. Cette statue est indissociable de Shibuya, c’est un véritable emblème pour les japonais.

Juste à côté se trouve le non moins célèbre carrefour de Shibuya, l’un des plus fréquentés au monde. Imaginez juste un instant, près de 2000 personnes (aux heures de pointe) traversant les passages piétons en même temps. C’est juste démentiel. Je vous défie d’emprunter ce carrefour à pied sans avoir l’impression, ne serait-ce qu’un instant, que vous allez vous faire littéralement engloutir et digérer par la foule.

C’est d’ailleurs ici que j’ai fait mes adieux au Japon. Ma dernière soirée avant de prendre l’avion, je suis retournée ici, j’ai levé les yeux, et j’ai tenté de graver tout ça au burin dans ma mémoire. Comme beaucoup l’ont déjà dit avant moi, à Shibuya les touristes lèvent les yeux au ciel, et les locaux baissent les yeux vers leur téléphone.

Tokyo-Shibuya-carrefour

Harajuku est juste un peu plus loin, à côté du parc Yoyogi. Léger changement d’ambiance, ici la population est plus jeune, c’est le quartier un peu « hipster ». On y trouve plein de petites boutiques originales, des trucs kawaii à foison, des produits dérivés (goodies) en pagaille, des magasins de fripes…

Odaiba

Odaiba est une île artificielle sur la baie, entièrement dédiée au shopping et aux loisirs. Vous y trouverez notamment l’immeuble de Fuji TV, des centres commerciaux dantesques, une grande roue, une mini statue de la liberté, un grand onsen, et une statue de gundam (robot) géante. Pour aller sur Odaiba, on emprunte un monorail assez fun (ligne Yurikamome), et le trajet permet d’avoir une super vue sur la baie. Personnellement, je trouve que l’étape n’est pas incontournable, surtout si vous ne passez que 3 ou 4 jours à Tokyo.

Tokyo Odaiba Gundam

Ueno

Ueno est un quartier très agréable, vivant et populaire. On y trouve le fameux parc de Ueno, avec son zoo (panda powaaa) et pas moins de deux musées nationaux : le Musée national de Tokyo et le Musée national des sciences. Le quartier est vraiment très sympa en soirée, avec ses nombreux restaurants agglutinés le long des voies, ses enseignes lumineuses et son ambiance bon enfant. Comptez une demi journée sur place, un peu plus si vous visitez le Musée national de Tokyo (qui abrite une magnifique collection d’estampes et armes japonaises traditionnelles).

Asakusa

La visite de ce quartier a été l’une des rares petites déceptions de mon séjour à Tokyo. J’ai probablement loupé quelques spots intéressants, mais la visite du petit parc et du temple Senso-Ji m’ont laissée un peu sur ma faim. Après la frénésie de Shibuya et Shinjuku, je pensais trouver un peu d’authenticité et de spiritualité en ces lieux… je me suis juste retrouvée compressée au milieu d’une foule de touristes, et cernée de toute part par des magasins de souvenirs attrape-touristes.

Ceci dit, vous pouvez poursuivre la visite par une ballade le long de la rivière Sumida (très agréable à la période des cerisiers en fleur), où vous pourrez admirer la « flamme d’or » dessinée par Philippe Starck. Moi, j’ai juste vu une crotte d’or géante, mais chacun son point de vue…

Tokyo-Asakusa-sanctuaire

Ginza

Ginza est un quartier chic et ultra moderne, dominé par des magasins luxueux et buildings du même acabit. On y trouve les vitrines des plus grandes marques : Dior, Armani, Hermès, Vuitton, Prada… Les marques japonaises sont aussi présentes, notamment UNIQLO avec sa « petite boutique » de 12 étages (oui au Japon on ne fait pas les choses à moitié). Il n’y a qu’à regarder les façades des immeubles pour comprendre qu’ici le prix au m² coûte deux bras (10 millions de yens, pour être précise…). L’endroit est assez proche du Palais impérial, vous pouvez donc y faire un tour après la visite du parc. Selon moi, le quartier mérite le coup d’œil, mais pas la peine d’y consacrer trop de temps.

Note pour les visiteurs étourdis : à Tokyo – et plus généralement au Japon – les parcs ferment tôt. Ne pensez pas visiter le parc impérial à 17h par exemple. Ce serait vraiment idiot (ça sent le vécu… ahem).

Tokyo-Ginza

Le marché aux poissons

Ce n’est pas un quartier, mais j’avais envie d’en parler ici. Malgré plusieurs semaines à chercher des infos sur Tokyo, j’ai failli passer à côté du marché de Tsukiji. Il se situe sur la baie, juste au nord de l’Hamarikyu Garden. L’idéal est de s’y rendre tôt (avant 9h), et ce n’est pas une mince affaire vu que l’endroit n’est pas très bien indiqué. Le marché n’est pas vraiment destiné aux particuliers, mais on s’y ballade surtout pour l’ambiance. Les allées étroites, les étals chargés, les petites ampoules suspendues et les milliers d’emballages donnent à ces lieux une atmosphère unique en son genre. En sortant de là, vous trouverez juste en face un mini quartier – à peine 3 rues commerçantes – où se cache l’un des meilleurs restaus à sushis de Tokyo. Pour le trouver c’est simple, repérez celui devant lequel les gens font la queue. La salle accueille à peine une dizaine de personnes autour d’un grand comptoir en bois. Après 1h d’attente (on vous sert un thé chaud pour patienter), on entre ici comme dans un temple, et on retient son souffle pendant que le chef cuistot découpe les morceaux sous vos yeux. Les poissons servis sont d’une finesse et d’un goût incroyables, un putain de feu de joie pour vos papilles.

Tokyo-Tsukiji-market-2

Tokyo-Tsukiji-market

Conclusion

Cette liste n’est bien entendu pas exhaustive ; elle est basée sur mes recherches et mon expérience perso. Pour finir, je pense que 4 jours est le minimum syndical nécessaire pour découvrir la capitale, à condition de se lever tôt. J’y ai passé 6 jours, et j’ai « loupé » pas mal d’endroits sympas, comme le Centre d’art national, le Sinjuku Gyoen Garden (qui était exceptionnellement fermé quand je suis passée…), le Dôme de Tokyo, le temple Zojo-Ji, le quartier Roppongi…

Si vous voulez profiter de Tokyo, inutile de placer la barre trop haut en remplissant vos journées d’objectifs inatteignables. Choisissez une zone par journée ou demi-journée, avec 2/3 choses principales à voir, et immergez-vous dans l’ambiance, laissez-vous surprendre au hasard des rues… Et ménagez-vous des pauses, pour vous asseoir dans un parc et profiter de la vue (vos pieds vous remercieront).

TAGS
RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT

Petite vague
DTC

I'm the evil side of myself. Blogueuse et photographe dilettante. Dévoreuse de séries TV. De confession Jedi. À l'ouest la plupart du temps... Suivez-moi sur Twitter je ne mords pas @jedisvague

Hello !
Suivez-moi sur Hellocoton
Retrouvez je-dis-vague sur Hellocoton